ldr_seuilDDDélai de la réponse : 33 jours
DDCoût du retour du manuscrit : 5 €
DDDurée de la conservation du manuscrit : 1 mois
DDNuméro de référence : oui
DDSignature : oui (paraphe)
DDPersonnalisation : non
DDMention du titre du manuscrit : oui
DDNombre de lignes : 16

  Cliquer sur la lettre pour l'agrandir

Qualité du papier : _toile_toile_toile_toilenoire

Argumentaire : _toile_toile_toilenoire_toilenoire

Impression générale : _toile_toile_toilenoire_toilenoire

Etat du manuscrit : pas encore reçu

Commentaire : Avec le Seuil, les auteurs de tiroir connaîtront cette petite décharge d'adrénaline à l'extirpation de la lettre de son enveloppe (sitôt suivie d'une petite mort). Cette lettre, c'est un pavé (dans la y-en-a-marre), une tirade (sur le pianiste sous word), que dis-je une tirade, c'est de la littérature ! Oui, madame, je reconnais avoir pensé que la longueur de la lettre présageait peut-être quelque chose de bon : un extrait de fiche de lecture, une demande de rendez-vous, une supplication à signer chez eux. Cette impression a duré ce qu'elle a duré (0,27 seconde) ; puis mes yeux ont sommairement balayé les seize lignes de la lettre et ont trouvé l'ordinaire des refusés : attentivement étudié, malheureusement, pas possible, après lecture. Et merde...

Revenu de mes enfantines émotions, je redeviens cet homme sérieux et moderne, fin analyste, épris d'objectivation, capable de trouver en lui des trésors d'abnégation compréhensive (tout ceci après avoir râlé, pesté et postillonné sur cette putain d'énième lettre de refus).

Analyse du numéro de référence : n° 2060478. Trituré en tout sens, je conclus que le 2 correspond au mois de février, que le 06 est un raccourci de l'année, et que Corpus est le 478ème manuscrit du millésime 2006. Incroyable comme une simple référence peut vous ramener à votre condition de mouton de panurge ou de piétaille à Louxor (voir GRASSET).

Le Seuil enchaîne sous des auspices mi-rassurants, mi-exaspérants. Ainsi l'étude a été attentive (une fiche de lecture ? Et puis encore, petit insolent ?! Pourquoi pas une réduction d'impôt de vos frais de photocopie ?). Mais il semble à l'éditeur qu'il ne soit pas le plus à même de le publier. Nous touchons là au sublime ! Si le reste de la profession argue pour se déresponsabiliser de l'afflux de manuscrits ou du grouillement d'auteurs sur son palier, le Seuil frappe plus haut et plus fort : un éditeur, quelque part, s'occupera mieux de votre texte que nous ne pourrions le faire. Des noms, des noms !!, supplie l'auteur de tiroir. Mais déjà le pompon est remonté sous le chapiteau du manège. Continuons à tourner encore un peu en rond et à payer un petit tour de plus (5 €, ceux-ci forfaitaires).

L'ésotérisme patiente au coin de la rue. Un mystère digne du Da Vinci Code entoure l'enveloppe de cette lettre de refus (voir copie ci-dessous). Que signifient ces deux chiffres "2" inscrits au stylo en haut et en bas de l'enveloppe. 2/20 ? Février ? Et que penser du choix de la marque de l'enveloppe (niceday). Provocation ? Cynisme ?

Conclusion : s'il est épais, le paillasson du Seuil n'en invite pas moins à aller se faire voir ailleurs

D

D

enveloppe